Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Flanerie-historique-dans-l-ancien-duche-de-Savoie.over-blog.com

Les articles proposent une flanerie historique dans les anciennes terres des ducs de Savoie, c'est à dire l'Ain actuel, les départements de Savoie et de haute Savoie, les Alpes Maritimes, le Piémont et la Suisse romande. L'objectif est de faire coincider l'histoire et le patrimoine existant

La châtellenie savoyarde d'Yverdon sur le lac de Neuchatel

La châtellenie savoyarde d'Yverdon sur le lac de Neuchatel

Yverdon fut une des plus importante châtellenie savoyarde au nord du pays de Vaud. Son histoire médiévale ressemble beaucoup à celles des villes neuves de Bresse et de Savoie propre.

 

L'intérêt stratégique de la ville d'Yverdon est évidente. Elle contrôle l'accès au col de Jougne, mais c'est aussi un des accès les plus importants au lac de Neuchâtel.  La ville contrôle aussi les possessions des seigneurs de Grandson et de Champvents dont les châteaux de Grandson, de Grand croix et de Champvents ne sont pas loin.

 

C'est autour du château que s'est développée une ville neuve, laissant toute seule l'église paroissiale qui elle, était encore dans le vieux Castrum romain. En effet, une baisse des eaux du lac de Neuchâtel ou un comblement naturel d'une partie du lac avait fait reculer la rive. Le Castrum romain s'était retrouvé loin de la rive et une nouvelle agglomération se construisait peut être déjà près du lac quand les sires de Montbéliards possesseur d'Yverdon construisirent ou commencèrent à construire une tour circulaire vers les années 1240.

 

C'est en héritant des bien de son beau-père, Aymon de Faucigny que Pierre II mis la main sur Yverdon. Aymon de Faucigny avait hérité de l'avouerie impériale des Kibourg sur le diocèse de  Lausanne. Cette avouerie avait été racheté par l'évêque mais il n'avait pas pu la payer complètement. C'est peut être dans ce cadre qu'Yverdon devient la propriété du seigneur de Faucigny. C'est néanmoins Pierre II qui en hérite et qui fait construire le château actuel et la ville neuve.  

 

La ville neuve va devenir un centre économique local. Il se peut qu'elle ait concurrencée directement des villes que voulait développer les seigneurs concurrents de Grandson et de Champvent. Ces derniers étaient puissants. Les Grandson et les Champvents comptaient ou allaient compter des évêques dans leur parentèle proche : c'était Aymon de Grandson, évêque de Genève depuis 1215 (jusqu'en 1260) et Guillaume de Champvents (1271-1301) et Othon de Champvents (1309-1312). Les Champvents avaient en outre soutenu Guillaume de Cossonay (1244-1273) dans une lutte l'opposant comme candidat au siège de Lausanne contre Philippe de Savoie. 

La château d'Yverdon construit par Pierre II

La château d'Yverdon construit par Pierre II

La famille de Granson semblait être alliée avec celle de Savoie puisqu'Othon de Grandson suit Pierre II en Angleterre. L'évêque de Genève  Aymon de Grandson va aussi plutôt favoriser Aymon de Faucigny et Pierre II au détriment de son vassal, le comte de Genève. Mais dans un deuxième temps, il se peut que les Grandson ait voulu concurrencer Yverdon. La fondation d'un monastère de franciscain en 1289 est un phénomène urbain indiquant par là une volonté forte de faire émerger un centre urbain.  

 

A cette époque, la donne avait changée. Ce n'était plus les descendants directe de Pierre II qui régnaient sur la Savoie mais ses petits neveux, Amédée V et Louis. C'était d'ailleurs ce dernier qui avait hérité d'Yverdon en en faisant "sa capitale". Les Grandson allaient s'opposer à Louis de Savoie-Vaud. Ils s'affirmaient aussi dans des fondations religieuses (franciscains, agrandissement de l'église prieural des bénédictins de la Chaise-Dieu à Grandson en 1308, fondation de la Chartreuse de Lance en 1317) alors qu'Yverdon n'avait même pas d'église paroissiale au cœur de la ville-neuve. C'était clairement une concurrence à la ville d'Yverdon. Les champvents qui étaient aussi contre Louis de Savoie-Vaud tenait l'évêché de Lausanne et construisaient leur formidable château dans le village homonyme non loin d'Yverdon en 1295-1300. 

 

Le château d'Yverdon est quand à lui un carré savoyard parfait. Il a été étudié par D. de Raemy qui a sorti un magnifique livre. Il est aussi à noter le clocher qui est un exemple de clocher savoyard.

 

Le château a été ensuite une des demeures principales des barons de Savoie-Vaud. La chapelle castrale est aussi la plus grande chapelle castrale du pays de Vaud preuve de la volonté des seigneurs de Savoie-Vaud d'apparaitre comme les suzerains de cette région.

La châtellenie savoyarde d'Yverdon sur le lac de Neuchatel

Nous voyons bien la baie du chœur de la chapelle castrale. Sa grandeur nous donne une idée de la dimension intérieur de la chapelle.

La rivière que l'on voit servait de fossé à la ville et aussi au Château. Il y avait au moyen-âge, une seconde enceinte qui longeait la rivière. Il y avait aussi des écluses pour maintenir un niveau d'eau élevé dans le fossé. Une des portes d'entrée de la ville se situait à l'extrémité de l'actuel pont.

Emmanuel Coux

La châtellenie savoyarde d'Yverdon sur le lac de Neuchatel

Vue du clocher de la ville d'Yverdon, près du château. Ce n'était à l'origine que le clocher d'une chapelle car l'église paroissiale de la ville se trouvait hors des murs de la ville dans l'ancien castrum romain à quelques Kilomètres.

Le temple adjacent a été reconstruit à l'époque moderne. Yverdon est devenu protestante suite à la conquête bernoise de 1536.

La châtellenie savoyarde d'Yverdon sur le lac de Neuchatel
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article