Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flanerie-historique-dans-l-ancien-duche-de-Savoie.over-blog.com

Flanerie-historique-dans-l-ancien-duche-de-Savoie.over-blog.com

Les articles proposent une flanerie historique dans les anciennes terres des ducs de Savoie, c'est à dire l'Ain actuel, les départements de Savoie et de haute Savoie, les Alpes Maritimes, le Piémont et la Suisse romande. L'objectif est de faire coincider l'histoire et le patrimoine existant

Le refuge genevois

Le refuge genevois

Genève est quasiment composée que d'immigrants. Ceux-ci sont venues en plusieurs vagues. La première se situe pendant l'apogée des foires de Genève entre 1390 et 1465 où pendant une crise démographique générale en Europe, Genève est la seule ville a augmenter sa population ; et de manière spectaculaire : elle passe de 2000 à 10000 personnes en moins de 100 ans (d'après Bergier, la population de Genève passe de : 2259 habitants en 1356 à 10 609 en 1464) (p.235).

La deuxième grosse vague d'immigration est ce qu'on appelle le premier refuge : c'est la première immigration de masse protestante (XVI e siècle). Avec bien sur dans le lot, Calvin et Théodore de Bèze, les deux premiers théo-dictateurs de la ville. D'ailleurs, ils prendront le pouvoir avec la force des immigrants qu'il font entrer dans le petit conseil et qui prennent la place des "genevois de souche" si on peut dire.

A cette époque, les genevois catholiques sont exilés (les alliés de fribourg). Les partisans du duc de Savoie ont été obligés de s'enfuir et c'est maintenant la première vague des "huguenots" (les pro-bernois) qui est aussi contrainte de fuir. En 1555, Calvin et ses partisans d'origines françaises dominent complètement la ville.(avec aussi l'aide de Théodore de Bèze ; ce n'est pas pour rien qu'ils prendra la succession de Calvin à sa mort)

Le premier refuge est constitué d'italiens mais surtout de français du nord et du centre. Il y a un quelques immigrants anglais.

La troisième vague d'immigration, qu'on appelle le second refuge a été produite après la révocation de l'édit de Nantes (1685) et est constituée plutôt de français du sud (et des Vaudois)(des vallées vaudoises de la val Chisone, de la val Pellice et du briançonnais).

Evidemment, on peut aussi parler d'une quatrième vague d'émigration (plutôt catholique celle-là) entre le XIXe et le XX e siècle. Mais c'est une autre histoire (j'en parlerai dans un prochain article). Ce que je voulais démontrer, c'est que Genève est essentiellement une ville d'immigration et que son histoire, assez atypique, est entièrement liée à cette immigration. Sans cela, Genève serait une ville comme Die ou comme Gap, si on veut prendre une comparaison de ville épiscopale dans le même cadre géographique.

Emmanuel Coux

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article