Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flanerie-historique-dans-l-ancien-duche-de-Savoie.over-blog.com

Flanerie-historique-dans-l-ancien-duche-de-Savoie.over-blog.com

Les articles proposent une flanerie historique dans les anciennes terres des ducs de Savoie, c'est à dire l'Ain actuel, les départements de Savoie et de haute Savoie, les Alpes Maritimes, le Piémont et la Suisse romande. L'objectif est de faire coincider l'histoire et le patrimoine existant

Les foires de Genève, un élément de compréhension de l'apogée du duché de Savoie

Les foires de Genève, un élément de compréhension de l'apogée du duché de Savoie

Comprendre la renommée des foires de Genève au XV e siècle est essentiel pour comprendre l'apogée des états de Savoie sous Amédée VIII. Les deux évènements sont intimement liés. Les foires de Genève ont placé le comté puis duché se Savoie au cœur de l'Europe d'un point de vue économique, et donc politique. Par exemple, si il n'y a pas une causalité directe entre l'élévation du comte de Savoie Amédée VIII au rang de Duc en 1416 et le succès des foires de Genève, il y a quand même une forte relation indirecte. La principauté de Savoie était devenue beaucoup pus importante sur la scène internationale qu'elle ne l'avait été jusque là. Les foires de Genève sont aussi un élément qui permet de comprendre l'élévation d'Amédée VIII à la tiare papale en 1439.

Au moyen-âge, les grandes foires européennes ont été d'abord les foires de Champagnes. Mais plusieurs facteurs vont faire déplacer ces foires vers la ville de Genève à la fin du XIV e siècle. Le premier est la guerre de cent ans qui oppose les français aux anglais ; guerre qui créait de l'insécurité mais aussi une baisse de l'économie dans ces deux pays. Le deuxième facteur est l'installation de la papauté dans la vallée du Rhône qui va enrichir cette région mais aussi créer un courant commercial dans cette vallée. Et enfin le troisième facteur va être l'émergence économique des villes de l'Allemagne du Sud. Ces facteurs vont créer un courant entre l'Allemagne actuelle et la vallée du Rhône. Celui-ci va se croiser avec le courant commercial traditionnel entre l'Italie actuelle et le Nord de la France ; courant qui passe par les cols du Grand Saint Bernard, du Simplon et du Mont Cenis.

 

 

Carte des routes commerciales au début du XV e siècle. Genève y a une place centrale

Carte des routes commerciales au début du XV e siècle. Genève y a une place centrale

Le schisme et la présence des pape à Avignon vont avoir un rôle prépondérant dans l'émergence de la renommée des foires de Genève.

Le pape d'Avignon, à l'époque du grand schisme, n'est pas n'importe qui, c'est Robert de Genève de la famille des comtes de Genève. Il va prendre le nom de Clément VII quand il est couronné pape en 1378 par des cardinaux mécontents d'Urbain VI, le pape de Rome.

L'émergence de ces foires se situe dans les années 1390. Juste avant, en 1387, l'évêque de Genève, Adhémar Fabri, qui est aussi le seigneur temporel de la ville va lui accorder des franchises. Cet évêque est d'abord un fidèle du pape d'Avignon qui a été nommé par lui pour ce poste. C'est quelqu'un qui fréquente plus la curie d'Avignon que Genève. Donc nous pouvons supposer très fortement que l'idée des franchises pour Genève soit venu du pape et ait été exécutée par l'évêque de Genève.

Ensuite, nous voyons le pape lui-même reprendre le titre laïc de "Comte de Genève" en 1392, titre qu'il conservera jusqu'à sa mort en 1394 et qu'il cumulera avec celui de Pape. Son statut d'ecclésiastique lui aurait fait normalement renoncer à ce titre (d'un prestige inférieur à celui de pape) mais aussi à ce cumul.

Une des raisons qui ont pu pousser le pape à créer les foires de Genève, est peut être sa politique religieuse. En effet, nous sommes en plein schisme et Clément VII a une obédience limitée. L'Allemagne actuelle et l'Italie ne sont pas dans son obédience car l'Empereur Wenceslas a choisi l'obédience d'Urbain VI.

Nous remarquons que la ville de Genève est au croisement des routes venant de Germanie et d'Italie. Ces foires aurait donc eu pour but d'influencer les riches marchands d'Italie et d'Allemagne.

Avec la mort de Clément VII, ce projet semble être repris  par son successeur Benoit XIII. Les deux hommes les plus puissants de l'église, Jean de Brogny et François de Conzié sont originaires du diocèse de Genève. Il est intéressant de voir que ce dernier, dans les années 1390, a construit une chapelle monumentale dans le fief familiale de Bloye. Cette localité est située sur la grande route qui menait d'Avignon à Genève. Plus tard, lui et sa famille édifieront une autre grande chapelle accolée à l'église de Rumilly.

En 1397, le cardinal Jean de Brogny, commence la construction d'une immense chapelle près de la cathédrale de Genève dont le gros œuvre sera terminé en 1405. C'est l'actuelle chapelle des Macchabées. Il y installera un chapitre collégiale. Le peintre de Cour Jacomo Jacquerio y réalisera des fresques dont il reste quelques fragments.

 

 

intérieur de la chapelle des Macchabées à genève. Cette chapelle, accolée à la cathédrale a été fondée par Jean de Brogny en 1397

intérieur de la chapelle des Macchabées à genève. Cette chapelle, accolée à la cathédrale a été fondée par Jean de Brogny en 1397

Mairie de Bloye. Ce bâtiment a été au moyen-âge, une immense chapelle, surement accolée à une petite église paroissiale. Le fondateur a été François de Conzié, n°3 de l'église. La famille avait le château à côté.

Mairie de Bloye. Ce bâtiment a été au moyen-âge, une immense chapelle, surement accolée à une petite église paroissiale. Le fondateur a été François de Conzié, n°3 de l'église. La famille avait le château à côté.

Les foires de Genève vont bénéficier aussi du soutien actif du duc de Savoie. La maison de Savoie avait entre 1355 et 1377 transférée le centre de gravité de leur principauté de Chambéry vers le Léman. En 1377, Bonne de Bourbon construisait un premier "château-palais" à Ripaille près de Thonon, qui allait devenir la résidence habituelle de la cour.

La maison de Savoie était bien implantée autours du Léman puisqu'elle tenait la majorité des forteresses. En 1355/1356, Amédée VI va annexer les baronnies de Faucigny, de Gex et l'apanage de Vaud. En 1365, celui-ci va obtenir le vicariat impérial de l'Empereur. Il va aussi reprendre à son compte la religiosité impériale envers Saint Maurice.

A Genève, les comtes de Savoie possèdent le château de la tour de l'île depuis 1287 et l'office de vidomne (police et justice) depuis 1289. Cette place et cet office les mets en position centrale au sujet des foires puisque le château contrôle le passage sur le pont du Rhône.

Tour de l'île, vestige de l'ancien château des comtes de Savoie à Genève

Tour de l'île, vestige de l'ancien château des comtes de Savoie à Genève

Si Amédée VI obtient l'hommage des Comtes de Genève et des Sire de Thoire et Villars en 1355, Amédée VIII achètera leurs possessions en 1401. Celles-ci comprennent le genevois, mais aussi le Haut Bugey. En plus de résorber des enclaves au centre du duché de Savoie, l'acquisition de ces possessions permet de sécuriser l'accès aux foires de Genève.

C'est la route qui va de Genève à Chambéry et qui passe par Rumilly. C'est celle qui passe de Genève par Annecy puis la vallée de la Tarentaise pour se rendre en Italie. Enfin c'est celle qui passe par la cluse de Nantua, le haut Bugey, puis la Bresse pour ensuite se rendre dans le royaume de France.

 

Arme de Jean de Brogny dans l'église des dominicains d'Annecy qui n est le fondateur en 1422

Arme de Jean de Brogny dans l'église des dominicains d'Annecy qui n est le fondateur en 1422

Signe très fort, en 1430, Amédée VIII promulgua les nouveaux statuts de Savoie à Genève. Le duc de Savoie était quasiment chez lui dans cette ville. Il logeait le plus souvent dans le couvent des Dominicains de Plainpalais qui était aussi l'édifice le plus prestigieux de la ville.(Il ne reste rien de ce couvent).

A parti de 1428, Amédée VIII chercha à reprendre tous les droits de la ville de Genève, soit par achat, soit par négociation avec l'évêque et le pape. Il semble que la nomination de Martin V en tant que pape en 1418 au lieu de Jean de Bertrand mis un frein à l'acquisition des droits dur cette ville. L'évêque de Genève, Jean de Bertrand avait été le favoris du duc de Savoie lors du concile de Constance comme candidat à la tiare papale. Il fut battu par Martin V, le champion de l'Empereur qui a été élu.

La mutation de Jean de Bertrand du siège de Genève au siège de Tarentaise et la mise ne place de Jean de la Rochetaillée, qui est une créature du pape, semble être en reprise en main de l'évêché de Genève par le Pape et l'Empereur.

En plus, Sigismond avait contesté l'achat du comté de Genève jusqu'en 1422. La motivation de Sigismond semble provenir qu'il ne voulait pas laisser dans les seules mains du duc une ville qui a autant d'influence sur les villes d'Allemagne. La mutation à Paris de Jean de la Rochetaillée a peut être débloqué la situation.

Mais, c'est seulement en 1444, à la mort de l'évêque François de Mies que le duc de Savoie acquis tous les droits sur la ville de Genève. Amédée VIII/Félix V devint le nouvel administrateur apostolique de la ville jusqu'en 1451. Grâce à un habile concordat avec le pape Nicolas V, la maison de Savoie conservera tous les droits sur la ville jusqu'en 1534.

Eglise de Saint Gervais qui a été refaite au milieu du XV e siècle comme la plupart des églises paroissiales de la ville

Eglise de Saint Gervais qui a été refaite au milieu du XV e siècle comme la plupart des églises paroissiales de la ville

La ville de Genève, grâce à ses foires quadruplera sa population en moins d'un siècle, passant de 2000 habitants en 1370 à plus de 10 000 habitants en 1450. A la même époque, Chambéry passe de 6000 à 3500 habitants.

Fort de ces éléments, nous pouvons dire que la politique économique d'Amédée VIII auprès de la ville de Genève a été cohérente, notamment dans le fait d'avoir su garder une monnaie forte dans un contexte difficile (le manque du métal argent incitait les autres principautés à faire un alliage qui dévaluait la monnaie) mais aussi dans le fait de garder de bonnes relations avec les autres pays de l'Europe de manière à ne pas pénaliser les marchants et faciliter les échanges commerciaux.

Les échanges étaient réalisés avec la monnaie l'argent du duché de Savoie ; monnaie qui servait de ce fait aux échanges internationaux. Les ducs de Savoie possédaient un atelier monétaire à Cornavin près de Saint Gervais à Genève.

Le fils d'Amédée VIII, Louis de Savoie continua la politique de son père. Il s'installa dans le couvent des franciscains (à Rive). C'était un signe très fort car l'église des franciscains était aussi celle des marchands florentins, les maîtres de la finance genevoise. Ce couvent était aussi près du lieu des foires et donnait directement sur la rue marchande de la ville.

Le duc de Savoie et sa femme Anne de Chypres se construisirent dans le chœur de l'église des franciscains de Rive un luxueux mausolée, une nouvelle nécropole destinée à remplacer Hautecombe.

Les peintures du tryptique de l'adoration des Mages et de la pêche miraculeuse de Conrad Witz semble être un hommage au duc de Savoie. Dans cette peinture, il est aisé de reconnaitre dans les rois mages, le duc Amédée VIII, son fils Louis et la figure de Saint Maurice.

Les peintures du tryptique de l'adoration des Mages et de la pêche miraculeuse de Conrad Witz semble être un hommage au duc de Savoie. Dans cette peinture, il est aisé de reconnaitre dans les rois mages, le duc Amédée VIII, son fils Louis et la figure de Saint Maurice.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article