Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flanerie-historique-dans-l-ancien-duche-de-Savoie.over-blog.com

Flanerie-historique-dans-l-ancien-duche-de-Savoie.over-blog.com

Les articles proposent une flanerie historique dans les anciennes terres des ducs de Savoie, c'est à dire l'Ain actuel, les départements de Savoie et de haute Savoie, les Alpes Maritimes, le Piémont et la Suisse romande. L'objectif est de faire coincider l'histoire et le patrimoine existant

Du Léman au Mont Blanc, l'apparition et le développement de la seigneurie de Faucigny dans la vallée de l'Arve.

Eglise priorale de Contamine-sur-Arve

Eglise priorale de Contamine-sur-Arve

La vallée de l'Arve est le premier affluent du Rhône quand celui-ci sort du Léman. La confluence se fait à Genève même. Cette rivière, qui prend sa source dans le massif du Mont Blanc est donc, de part les montagnes qui l'entourent une des plus emblématique de Savoie par le symbole qu'elle porte. Cependant, la Maison de Savoie acquiert les droits sur cette vallée assez tardivement, en 1355, suite à une guerre et à un échange territoriale.

Ce territoire, qui dépend du diocèse de Genève va acquérir à partir du Moyen-âge, une très forte identité. Pourtant, la Famille des seigneurs de Faucigny qui donnera son nom à la vallée, l' occuperont seulement du XI e siècle à 1253. Cette construction territoriale est si ancrée que Pierre II utilisera le terme « baronnie » pour définir le Faucigny en 1256 et que ensuite l'usage de terme fut imposée par son héritière, Béatrice de Savoie.

Nous allons essayer d'établir une courte chronologie de la famille de Faucigny, puis de son ultime représentant, Aymon II, et de ses héritiers jusqu'en 1355, de les mettre en relation avec les lieux clefs de la vallée pour comprendre comment s'est construit cette identité.

 

Origine et début des Faucigny

L'origine de cette famille est assez obscure. Certains font du premier ancêtre de cette famille, un frère utérin du comté de Genève, d'autres d'une famille de Faucigny-Nangin. La vérité doit être entre les deux, c'est à dire une famille gravitant très près des comtes de Genève et possédant déjà une solide assise foncière entre Sallanche et Bonne sur Ménoge.

Louis de Faucigny, un des premier ancêtre connu se mariera avec Thetberges de la puissance famille des Rheinfelden. Rodolphe de Rheinfelden est le fameux Recteur de Bourgogne (royaume de Bourgogne et non la Bourgogne actuelle) qui s'opposa à l'Empereur Henri IV et devint pendant en temps, avec l'appui du pape Grégoire, roi des Romains. C'est une alliance très prestigieuse qui si elle vrai, montre que les Faucigny étaient déjà très puissants. Le nom « Rodolphe » qui semble rappeler ce prestigieux ancêtre va continuer pendant plusieurs générations dans la famille en se transmettant.

Leur puissance va aussi se révéler dans les charges d'évêques qu'ils vont ensuite avoir ; c'est une véritable collection d'évêques en un espace de temps très court. Guy, le fils de Louis, deviendra évêque de Genève (1083 à 1119). Il fondera avec sa famille, le prieuré de Condamine sur Arve qui deviendra la nécropole familiale (ils en auront du moins dès le début, l'avouerie). Le château de Faucigny semble être à cette époque, le principal château familiale. Le lien entre le château et le prieuré semble évident.

Vestige de la grande salle du château de Faucigny

Vestige de la grande salle du château de Faucigny

Les neveux de Guy deviendront évêque de Maurienne pour Amédée (1112-1125) et évêque de Lausanne pour Gérold (1105-1126). C'est surement que la place d'évêque de Genève n'est pas encore libérée. C'est le neveu d'Amédée et Gérold, Ardutius, qui devient évêque de Genève (1135-1185) succédant presque à son grand oncle. Ce dernier fonde en 1151, la chartreuse du Reposoir avec ses frères dans un des vallon adjacent à la vallée de l'Arve et enrichi ainsi la géographie céleste des puissants seigneurs de Faucigny. Un de ses frères Ponce, fonde aussi un prieuré d'Augustin au fond du vallon de Sixt en 1144 et en devient le prieur. Il deviendra ensuite l'abbé de l'abbaye mère, l'abbaye d'Abondance.

Ainsi, en peu d'années, cette famille s'est installée sur les principaux sièges épiscopaux des alentours ainsi que sur le siège de la plus importante abbaye près du Faucigny, celle d'Abondance. Elle a fondée les prieurés de Contamine sur Arve, Saint Sixt et la Chartreuse du Reposoir. A cela s'ajoute le soutien d'Aymon 1er à la chartreuse du Vallon qui se poursuivra avec ses descendants.

 

De la Baronnie au Baillage savoyard.

Le dernier souverain du Faucigny, Aymon II, va avoir un rôle clef dans l'évolution de sa principauté, et son intégration dans la principauté savoyarde, puis dans celle du Dauphin.

A partir du début du XIII e siècle, il semble que les Faucigny vont tenter de créer un ensemble territoriale homogène. Il se peut que ça soit dans ce cadre que son oncle Guillaume II de Faucigny essaya et réussit à obtenir l'avouerie sur le prieuré de Chamonix en 1202. Ce prieuré avait été fondé par les Comtes de Genève. C'était une enclave au fond de la vallée de l'Arve de la puissante abbaye de Saint Michel de la Cluse.

Les Faucigny avait aussi l'avouerie du prieuré de Mégève dépendant aussi de cette abbaye. En 1226, le seigneur de Faucigny racheta une partie des droits féodaux pour fonder la ville neuve et le château de Flumet. Il ne serait pas surprenant que ce soit pour contrecarrer cette ville que le comte de Savoie Boniface fasse de même avec Ugine qui était aussi une dépendance de l'abbaye de Saint Michel de la Cluse. Ugine deviendra une châtellenie du comte de Savoie et Flumet une châtellenie du seigneur de Faucigny.

Aymon II eut une redoutable politique expansionniste à la fois dans le comté de Genève, mais aussi dans le pays de Vaud. Il fut en conflit toute sa vie avec le comte de Genève bien que celui-ci réussisse à faire reconnaître sa suzeraineté notamment en 1229. Les champs de bataille entre les seigneurs de Faucigny et le comte de Genève ne se sont pas seulement situés à la limite entre le Faucigny et le Genevois mais aussi en pays de Gex ou Aymon avait des droits et des vassaux mais aussi dans le pays de Vaud.

C'est dans cette région que l'action d'Aymon II semble avoir été la plus importante. En plus d'une série de guerres, le seigneur de Faucigny racheta en 1225 à Hartmann IV de Kibourg qui était l'héritier des Zaeringhen (anciens recteurs du royaume de Bourgogne, héritiers des Rheinfelden), les droits sur l'avouerie impériale de l'évêché de Lausanne. Même si l'évêque de Lausanne tenta de les racheter l'année suivante, il ne put jamais les payer en intégralité ce qui engendra un certain nombre de conflit en le Prélat et le seigneur de Faucigny. Il se peut que cette offensive dans l'évêché de Lausanne a pu être possible que grâce à l'alliance de la maison de Faucigny avec Thomas 1er de Savoie. Sa fille Marguerite avait épousée Hartmann IV en 1218. Cet achat souligne aussi la richesse de la famille de Faucigny.

C'est surement dans le cadre lausannois qu'il faudrait voir le rapprochement entre Pierre de Savoie, Prévot de la cathédrale d'Aoste et ancien administrateur de la cathédrale de Lausanne, et Aymon de Faucigny dans le mariage de Pierre avec Béatrice, unique héritière d'Aymon II en 1234. Les actions d'Aymon II dans le pays de Vaud vont être l'amorce de la construction du pays de Vaud savoyard. Il acquis notamment la localité d'Yverdon, qui deviendra une puissante châtellenie savoyarde, d'une contestation avec les Montbéliard.

Vestige du château de Châtillon-sur-Cluse

Vestige du château de Châtillon-sur-Cluse

Dans le Faucigny, Aymon II va faire du Château de Châtillon sur Cluse sa place forte principale pour contrôler l'ensemble de ses possessions qui ressemble de plus en plus à l'entière vallée de l'Arve. Cette position contrôle l'accès entre la vallée du Giffre et celle de l'Arve. Elle est complémentaire avec la ville de Cluse qui bloque la vallée dans un étroit défilé rocheux.

Pierre II hérita en 1253 des biens et des terres d'Aymon II (à cette époque, Pierre II n'est pas comte de Savoie, il se construit alors sa propre principauté, autonome de celle de son neveu Boniface, comte de Savoie). Vers 1255, Pierre II acquis le château de Chillon et l'abbaye de Saint Maurice d'Agaune. Chillon devient le centre de gravité dans une principauté qui se compose essentiellement de deux gros blocs : au Sud le Faucigny et au Nord, le pays de Vaud.

Il se peut que ce soit à cette période qu'ait été construit le château ainsi que la ville neuve de Bonneville. Celle-ci semble remplacer Châtillon-sur-Cluse comme centre de la Baronnie. Le château de Bonneville est un exemple typique de l'architecture castrale dite du « carré savoyard », même si dans le cas de Bonneville, le carré s'est adapté et transformé en rectangle allongé. Il reste actuellement deux tours sur les quatre. Les courtines ainsi que les tours étaient surement plus hautes que les vestiges actuels.

Pierre devint comte de Savoie en 1263, mais il meurt en 1268 laissant le comté à son frère Philippe. Par une clause dû à Aymon de Faucigny, la Baronnie passe à la fille de Pierre II, Béatrice qui s'est mariée avec le Dauphin Guigue. Le Faucigny, après 1268 deviendra donc une province du Dauphiné.

Tour maîtresse du château de Bonneville.

Tour maîtresse du château de Bonneville.

De la province delphinale au retour à la Savoie.

Pierre II avait organisé ses terres en châtellenies et bailliages. Le Faucigny avait formé donc un unique bailliage composé de plusieurs châtellenies. Nous connaissons cette organisation qui va être gardée par les dauphins du Viennois grâce aux enquêtes pontificales de 1339. En effet, désargenté, les Dauphins chercheront à vendre leur principauté, d'abord au roi de Naples, puis au Pape. Celui-ci pour déterminer la valeur de la principauté fait faire une enquête dont le but est de connaître le revenu qu'il pouvait en tirer.

Les châtellenies sont donc, Faucigny, Bonneville, Châtillon sur Cluse, Saint Michel du Lac (Servoz), Flumet, Beaufort, Chatelet sur Crédoz, Hermance, Allinge, Bonne, Bâtie Roilebot et Monthoux. Et le centre du bailliage est la ville et le château de Bonne, place idéalement située pour faire la guerre contre le comte de Savoie.

Il est intéressant de voir que la reconstruction du prieuré de Contamine sur Arve qui date de 1295 correspond à cette période.L'église qui subsiste n'est qu'une partie de l'église, peut être sa moitié. Les vestiges existants cependant sont impressionnants par leur grandeur. Le but évident de cette reconstruction était de montrer les Dauphins comme étant dans la même lignée que les Barons du Faucigny. Il semble que ce fut une réussite car les comtes de Savoie eurent beaucoup de difficulté à annexer ce bailliage et à se faire reconnaître comme les seigneurs du Faucigny, même après 1355.

Il se peut aussi que le château de Bonneville ait été remanié à la même époque. Une fenêtre, aujourd'hui murée sur une courtine du château présente des similitudes architecturales avec les baies de l'église de Contamine sur Arve.

 

Fenêtre du château de Bonneville datant probablement de la fin du XIII e siècle et du début du XIVe siècle

Fenêtre du château de Bonneville datant probablement de la fin du XIII e siècle et du début du XIVe siècle

Grande baie du Choeur de l'église de Contamine-sur-Arve datant probablement de la fin du XIIIe siècle ou du début du XIV e siècle

Grande baie du Choeur de l'église de Contamine-sur-Arve datant probablement de la fin du XIIIe siècle ou du début du XIV e siècle

Si une trêve eut lieu après 1335, la guerre contre la Savoie repris en 1349, une fois que le Dauphiné entra dans le domaine du roi de France, jusqu'en 1355. A partir de cette date, le Faucigny, ainsi que la Valbonne ont été échangés contre le bailliage du Viennois et une partie du bailliage de la Novalaise. La Faucigny devint donc, à partir de cette date, définitivement savoyard.

Conclusion :

La Maison de Faucigny, qui régna éphémèrement sur la vallée de l'Arve à une époque où les principautés territoriales commençaient à se construire contribua à donner à cette vallée une forte identité. En témoigne la difficulté que les comtes de Savoie ont eu pour intégrer cette vallée dans leur domaine après 1355.

La raison en est dû à la puissance de cette famille qui se révèle à la fois par le nombre d'évêques , mais aussi au nombre de fondations religieuses qu'elle réussit à produire. Ces éléments peuvent nous permettre de comparer les grandes familles entre elles. Et dans le diocèse de Genève, nous nous apercevons que les Comtes des Genève rivalisent à peine avec les seigneurs de Faucigny.

Le conflit entre les deux familles commence avec Aymon II de Faucigny(1202-1253), dans une époque bien précise d'affaiblissement de l'autorité royale dans le royaume de Bourgogne ; époque où vont se former les principautés territoriales dans ce royaume. C'est paradoxalement ses successeurs Pierre II de Savoie et  les dauphins du Viennois qui concrétiseront cette entité territorial en se présentant pour la première fois "baron du Faucigny".

Les Dauphins avaient très bien réussit à se présenter comme les vrai héritiers de la Maison du Faucigny. La mise en valeur du prieuré de Contamine-sur-Arve comme nécropole des seigneurs de Faucigny et sa reconstruction en 1295 a certainement énormément joué dans cette réussite dauphinoise.

D'autant qu'il faut remarquer que les nécropoles familiales vont se développer plutôt vers la fin du XII e, voir au début du XIII e siècle comme nous le montre l'exemple l'Hautecombe pour la Maison de Savoie. Auparavant, les sépultures étaient dispersées dans différents prieurés. Il se pourrait que le prieuré de Saint Sixt et les chartreuses du Reposoir et du Vallon aient servit aussi de lieux d'inhumations pour les différents membres de la famille des Faucigny, voir d'autres endroits ; donc que le prieuré de Contamine-sur-Arve ne soit pas la nécropole unique des seigneurs de Faucigny.

D'ailleurs, la grande Dauphine, Béatrice de Savoie, continuant cette tradition de dispersion des sépultures, ne choisit pas le prieuré de Contamine sur Arve pour y déposer le corps de son fils, Jean, tué d'une chute de cheval, mais choisit de construire en 1282, un nouveau monastère, une chartreuse pour moniale à Mélan, près de Taninge dans le Giffre.

C'est peut être aussi pour souligner cette autonomie territoriale que le Pape Clément VII (Robert de Genève) créé une collégiale à Sallanches en 1389. C'est dans le même objectif que Janus de Savoie (apanagiste du Genevois-Faucigny) fonda en 1471, à Cluse, comme édifice de prestige le représentant au cœur de la vallée, un couvent des Franciscains de l'Observance.

 

Incroyables fenêtres de l'église de Contamine-sur-Arve.

Incroyables fenêtres de l'église de Contamine-sur-Arve.

Carte du Faucigny. En souligné, les châtellenies. Pas souligné, les établissements religieux Ne sont pas représentée : les châtellenies d'Allinges, Hermance et Beaufort qui sont hors carte. Genève est présentée à titre indicatif comme centre du diocèse.

Carte du Faucigny. En souligné, les châtellenies. Pas souligné, les établissements religieux Ne sont pas représentée : les châtellenies d'Allinges, Hermance et Beaufort qui sont hors carte. Genève est présentée à titre indicatif comme centre du diocèse.

Château de Bonneville

Château de Bonneville

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Angelilie 31/03/2017 18:25

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une découverte et un enchantement.N'hésitez pas à venir visiter mon blog. au plaisir